J’ai eu 50 ans il n’y pas longtemps. 50 ans c’est un cap. C’est un chiffre rond, la moitié de 100, c’est un joli chiffre.

 Je ne veux pas faire un bilan de ma vie, ce n’est pas nécessaire. Je pense, comme chacun, j’ai fait des choses bien et d’autres moins bien. Par contre, j’ai réellement été marquée par des évènements de la vie.

 La première a été la découverte de la maladie du SIDA. Je me souviens, c’était en 1985 ou la première fois j’ai entendu parler de cette maladie. C’était pendant ma formation d’infirmière.

Je vois encore la directrice de l’école assise à son bureau devant nous élèves (à l’époque nous étions des élèves, aujourd’hui elles sont étudiantes) qui nous dit : C’est une terrible maladie, les gens en meurent, il n’y a pas de traitement et elle atteint les homosexuels hommes. En tant que soignants il faut se protéger parce que on ne sait pas encore comment elle est transmise.

SIDA

Ça avait été un cours donné en urgence, je me souviens bien, dans le monde médical il y avait une telle angoisse et un tel manque de connaissance…. Je me rappelle encore du désarroi de cette directrice face à ce fléau qui nous était tombé dessus.

Aujourd’hui, 30 ans après, tout le monde peut être atteint par cette maladie, le gens ne tombent plus comme des mouches, un traitement stabilisateur a été découvert, mais on ne n’en guéri toujours pas….. On peut juste l’éviter en se protégeant… Et encore, parfois je me dis que même ça n’est pas une source sûre et certaine à 100%....

Internet

 

Un autre truc qui m’a marqué et qui a complètement changé ma vie c’est l’arrivée d’internet, des ordinateurs et des téléphones portables.

J’ai acheté mon premier ordinateur en 1998 ou 1999. On branchait encore le câble sur la prise téléphonique pour aller sur internent. Du coup on ne pouvait plus nous téléphoner, ça sonnait occupé quand nous surfions sur internet.

J’avais eu beaucoup de mal à intégrer ce concept d’Internet. Un pote de l’époque, Gilles, m’avait fait les premières configurations.

Je ne comprenais rien à internet.

« Gilles, mais c’est quoi internet, tu y trouves quoi ?? »

« Tu y trouves tout, si tu te poses une question, t’as la réponse…. »

Dans ma tête il n’y avait rien de logique dans ce concept. On y trouve « tout », mais pour moi ce « tout » ne correspondait à rien….

Aujourd’hui, effectivement, ce « tout » fait partie intégrante de ma vie. Quand j’ai une question, j’y trouve la réponse. Donc avec les années je me suis glissée dans cette génération Google ou nous sommes passé de la réflexion à la recherche, car aujourd’hui, au lieu de réfléchir on cherche…

Est-ce que c’est bien ? Je ne sais pas, mais en tous les cas, c’est pratique, même si, sincèrement, je pense que nous avons perdu en logique et en capacité d’analyse….

 L’arrivée des sms sur nos téléphone portables a été une révélation pour moi. Je n’aime pas trop téléphoner, je suis plutôt du genre discret et surtout muette quand je dois prendre les devants pour donner de mes nouvelles ou en prendre des gens autour de moi. Donc le sms est parfait. C’est rapide, ça montre qu’on pense à l’autre, c’est instantané. Je pense que c’est le moyen que j’utilise le plus aujourd’hui.

 Est-ce que je pourrai me passer de toutes ces nouvelles technologies ?? La réponse est définitivement oui. Ma problématique est que tout le monde aujourd’hui ne communique plus que par ce biais-là, donc si on n’est pas branché, on ne communique plus.

 Avec l’arrivée d’internet le monde s’est ouvert à nous. Tout le monde prend l’avion. Aujourd’hui on peut partir à l’autre bout du monde par un simple clic de souris.

Les foyers ont souvent 2 voitures, on se retrouve des heures durant dans les bouchons, la pollution dans le monde est à son comble.

 Aujourd’hui on essaye de faire passer ses idées fanatiques par des attentats meurtriers, en pensant que cette idéologie étant la vérité, en pensant que de tuer des gens qui sont « autrement » rend le monde meilleur….

 

Moi 1

Quand j’étais enfant, je devais avoir dans les 10 ans, j’essayais de calculer l’âge que j’aurai en l’an 2000. Ça me semblait tellement abstrait, tellement loin.

 Quand j’étais adolescente je rêvais d’une vie remplie de voyages, d’une vie ou je pourrais aider les plus démunis, leur donner ce petit quelque chose qui fait qu’on se sent bien et en sécurité.

Mais aider les autres aujourd’hui revient à répondre à des demandes qui n’ont rien avoir avec mes rêves d’adolescente. Est-ce que ça me fait souffrir ? Non, pas du tout, c’est juste la réalité du monde actuel….

 Parfois je repense aux années 80 ou j’étais encore tellement naïve et idéaliste, ou j’avais cette impression que le monde m’appartenait, ou rien n’était trop difficile ou insurmontable. Cette sensation de pouvoir faire des grandes choses, cette énergie incalculable qui me poussait à aller toujours plus loin…..

 

Moi 2

 

 

Je pense que jusqu’à maintenant j’ai eu une vie un tout petit peu autrement que la plupart des gens, ni mieux, ni moins bien, juste autrement.

De prendre conscience et surtout d’être reconnaissante face à la vie que j’ai me semble primordial.

Je pense être privilégiée, je pense avoir cette capacité à toujours rebondir, peu importe les évènements de la vie. Et c’est une grande force.

Je pense que la vie, les évènements de ma vie, m’ont appris à être ce que je suis aujourd’hui, une personne intègre, honnête, respectueuse….

Mais cette vie-là m’a surtout appris que nous ne pouvons pas nous cacher devant la réalité d’une vie et que les années qui passent nous permettent juste de l’intégrer.