Quelques lectures des dernières semaines. Je ne lis pas très vite ces temps, parce que le temps pendant la journée me manque. Donc c'est juste le soir avant de dormir, mais comme je suis fatiguée quand je vais au lit je m'endors rapidement. Ce sont quelques pages par ci et par là, il est difficile de lutter quand le sommeil est là... 

Patricia Cornwell

Décidément, ce fut le dernier Patricia Cornwell que j'ai lu. J'avais déjà mentionné ces 3 derniers livres étaient monotones, et ennuyeux. Celui - ci, qui est le dernier, était le pire. Elle ne parle que d'elle, est complètement parano et elle met 400 pages pour dire ce qui aurait pu être dit en 50. C'est juste du blabla sans fin. Je l'ai lu parce que j'ai de la peine à ne pas finir un livre et que l'achat de mes livres me coûte un bras... 

 

 

Michel Bussi

Le dernier de Michel Bussi j'avais bien aimé, celui là moins. C'est une intrigue qui se passe en Guadeloupe, mais mélangé à une histoire à l'eau de rose, c'est ce qui m'a dérangé. Je n'aime pas les histoires à l'eau de rose, je ne suis pas assez romantique pour ça...

 

Philippe Djian 

Celui ci était pas mal, sauf qu'il n'y a aucun chapitre. C'est la première fois que je lis un livre qui n'a pas de chapitre. C'est gênant parce que parfois l'auteur change de sujet et on ne comprend pas de suite. Donc il faut retourner en arrière. 

J'avais vu le film avec Isabelle Huppert, il s'appelle "Elle" si je me rappelle bien. Et je n'avais pas tout compris. Le livre m'a aidé à comprendre le film. 

 

Michael Connelly

Michael Connelly, un de mes auteurs préférés, il a le don de me tenir en haleine tout au long du livre. Et il y a toujours un imprévu dans ces intrigues. Cette fois ci c'est Michael Haller, demi - frère de Harry Bosch et avocat de la défense qui défend une femme qui aurait tué un banquier.

En principe les Michael Connelly ne traîne pas longtemps dans ma pile des non - lus. Mais je l'avais un peu oublié. J'étais heureuse de le retrouver....

 

Anthony Zuicker

Et le dernier d'une trilogie ou on parle de tuers à l'échelle 26, le "lever 26" sont des psychopathes de la pire espèce. Les 2 premiers je les avaient lus il y a longtemps, j'ai été contente de retrouver Steve Dark dans une intrigue, en effet, psychopathique.