« Nous rentrons dans une phase palliative »

 

Voilà, les mots ont été lâchés. Horatio, mon chat – garçon de bientôt 13 ans a complètement décompensé son insuffisance rénale.

 

Depuis longtemps je redoute ce moment, j’essaie dans ma tête de m’y préparer. Je sais pertinemment que ça va arriver. Mais comment peut on se préparer à la future mort d’un être cher, d’un être qui vous a accompagné pendant des années, qui a toujours été là.

 

Horatio 1

 

Pendant cet été j’ai vu qu’Horatio perdait du poids. Avant mes vacances j’avais été lui faire faire une piqure contre sa maladie intestinale, pour éviter que pendant mon absence la nounou chat doive lui donner des médicaments par la bouche, ce qu’elle n’arrive jamais. On l’avait pesé à ce moment là et on avait vu qu’il avait de nouveau perdu beaucoup de poids.

 

Je suis rentrée de vacances et progressivement, en 3 semaines, Horatio a arrêté de manger et de boire.

La prise de sang d’aujourd’hui montre des valeurs rénales qui sont 4 fois plus élevées que la norme. Le chat est déshydraté et très amaigri. Il a un peu d’anémie, mais ça vient essentiellement du faite qu’il ne mange pas.

 

Pour le moment il passe la nuit au cabinet vétérinaire ou il va être réhydraté par voie veineuse. Je vais pouvoir aller le chercher demain.

 

Horatio 2

 

Traitement ?? Il n’y en a pas vu son âge et sa maladie intestinale.

La suite va être une réhydratation en perfusion sous – cutanée 3 fois par semaine, ce que je pourrais faire moi – même à la maison. Ce n’est pas un traitement pour guérir, évidemment, mais ça permet de donner encore quelques semaines de bonheur à mon chat – garçon. Et je pense, surtout, que ça nous permet de profiter encore pleinement de moments ensemble, ou nous pouvons profiter l’un de l’autre.

 

Honnêtement, à l’hôpital, je suis confrontée à la mort tous les jours. Tous les jours on met des choses en place pour la retarder, pour l’éviter.

C’est certain, quand un patient meurt je suis moins touchée que si c’était quelqu’un de ma famille, autrement je ne pourrai pas travailler.

Par contre, malgré toutes mes années d’expérience ou je l’ai vue et je l’ai côtoyée, jamais je ne pourrai m’habituer à elle.